Archive d’étiquettes pour : Berlin-Neukölln

Blog Entropy, Barbara Rieger, Alain Barbero, Aron Boks, Spitzenback, Café, Bäckerei, Berlin-Neukölln, Berlin

Aron Boks | Spitzenback, Berlin

Photo : Alain Barbero | Texte : Aron Boks | Traduction : Sylvie Barbero-Vibet

 

Jours réfrigérés au petit-déjeuner

Il est de ces débuts de journée que l’on a envie de mettre au congélateur à côté de la bouteille de vodka, par simple mesure de prévention.
Ces débuts de journée sur lesquels les stimuli de la réalité se précipitent comme des guêpes sur un petit déjeuner sucré, en cet instant à la table d’un café ensoleillé quelque part dans Berlin-Neukölln.
C’est précisément là, peu avant midi, qu’un couple refuse pour la deuxième fois une bouteille de vin rouge. « Il a toujours un gout dégueulasse. »
À ce moment-là, comme en écho, un maniaco-précis et étrange « VOUS LE SAVEZ BIEN – JE VOUS DÉTESTE TOUS » surgit du métro.
Et tandis que tu continues d’une main de défendre ton croissant contre les guêpes et de l’autre de mettre de la confiture de guêpes sur ta sous-tasse de cappuccino – de manière de plus en plus frénétique et avec un regard qui donne l’impression que tu creuses une tranchée -, un ami, un membre de la famille ou un rendez-vous galant, à qui tu veux montrer à quel point tout va bien, t’attrape par le poignet et te demande si « tout va vraiment comme tu veux ».
Oui, tu te dis plus tard, et tu ouvres le congélateur.

 


Interview de l’auteur

Que signifie la littérature pour toi ?
Aron Boks : Pour moi, la littérature signifie pousser la réalité à ses limites. On pourrait aussi dire « accepter la réalité », mais ça sonne toujours si négatif.

Que représentent les cafés pour toi ?
AB : Les cafés sont pour moi un entre deux mondes. Dans ces espaces d’apparence privée, une multitude de personnes bruyantes et inconnues convergent et se retrouvent et s’extraient brièvement de leur habit de protection du quotidien qu’ils ont dans la rue, dans le bus ou dans le métro. Elles parlent peut-être un peu trop fort ou fixent quelque chose en silence. Et elles boivent quelque chose qu’elles n’ont pas à la maison et qu’elles viennent de commander. Alors la question se pose ici aussi : Qu’est-ce que cela signifie en réalité ? C’est ce qui est si intéressant.

Pourquoi as-tu choisi le Spitzenback ?
AB : Cette boulangerie « Spitzenback » se trouve à quelques pas de chez moi à Berlin-Neukölln et, d’une manière ou d’une autre, depuis ma première visite matinale, j’ai eu cette envie détournée, assez inhabituelle, de partager ce lieu, alimentée par un mélange de caféine et de ma propre curiosité matinale.
Joshua, le propriétaire, est l’un des premiers à savoir quand quelque chose m’inquiète, quand je suis amoureux ou je ne sais pas vraiment quoi, mais qu’en tout cas il se passe quelque chose. Peut-être qu’il s’agit juste de la météo.
Et je connais la réponse de Joshua : « Un autre café crème ? Pour boire sur place ? On discute du reste dans une minute. »

Que fais-tu lorsque tu n’es pas au café ?
AB : J’explore la journée et tout ce qui s’y rapporte.

 

BIO

Aron Boks est né à Wernigerode en 1997. En tant que poète slameur, il parcourt les scènes de l’ensemble du monde germanophone.
Il est cofondateur du groupe de spoken word Das Zappelnde Tanzorchester et écrit pour divers journaux et magazines, comme le taz.
Son dernier livre Luft nach Unten a été publié en 2019 – la même année, il a reçu le Klopstock Förderpreis für Neue Literatur.