Posts

Niklas L. Niskate | Die Moserei, Scharnstein

Photo : Alain Barbero | Texte : Niklas L. Niskate | Traduction : Sylvie Barbero-Vibet

 

SERKALO
-.-.-.-.-.-.–.—.- -.—.–.-.-.-.-.-.-
dorénavant tu peux parler je
est ils le sont. haut et fort. empreintes connues en pensées

toujours là. dans la pluie devant la grange en flamme
un été abandonné qu’il a créé
lorsque vous vous aimiez, vous nous souhaitiez présents

vent. la mémoire se perd dans la guerre
à la recherche d’un médecin. perdu dans le saut temporel
regard en arrière le silence soudain devient pour tous une torture

il se confronte à l’écriture mais elle n’est pas lue
ciel public pour la possession des yeux
un monde empli de miroirs dans lequel personne ne voit
comme nous tombions                       alors nous ne tombions pas

nudité. le changement brûle
sur la peau humide. n’ai jamais pu te quitter
le regard vers toi. constamment vide

 


Interview de l’auteur

Que signifie la littérature pour toi ?
Niklas L. Niskate : La langue est un élément fondamental de notre réalité. Nous traduisons nos impressions sensorielles avec la langue et les négocions en communication avec le monde extérieur. Chaque système (politique), chaque représentation du monde est décrite par la langue. C’est la raison pour laquelle la langue est si importante. La littérature, et en particulier la poésie, permet d’analyser et de questionner des champs de la langue. Ainsi la littérature est pour moi un travail sociétal fondamental (en citant librement Monika Rinck). La poésie est même l’un des derniers espaces dans lequel la pensée ; c’est à dire la liberté d’expression, est à mon avis possible.

Que représentent les cafés pour toi ?
NLN : Les cafés sont pour moi des lieux de contemplation et de calme. À la maison, je me laisse très vite distraire par les obligations et diverses tâches. Au café, je n’ai besoin de me préoccuper de rien, à part de payer l’addition. Le brouhaha des voix des clients me procure une sorte de calme. Un tapis chaud de mots. Beaucoup de mes textes sont nés dans un café.

Pourquoi as-tu choisi le café Die Moserei ?
NLN : Die Moserei est en soi un endroit artistique et particulier. En effet, en plus d’être le lieu de nombreux événements culturels et expositions, c’est une construction de containers ingénieuse qui est elle-même une œuvre d’art. Le café a une atmosphère particulière qui favorise le travail artistique. J’y suis très souvent lorsqu’il fait beau, car je peux me mettre à mon endroit préféré sur le toit du container et regarder les montagnes, tout en dégustant un délicieux café et en écrivant quelques lignes.

Que fais-tu quand tu ne vas pas dans un café ?
NLN : C’est une question drôle que je ne veux pas gâcher avec une réponse.

BIO

Niklas L. Niskate, né en 1981 à Halle (Saale, Allemagne), Niklas L. Niskate a grandi à Berne (Suisse), en Rhénanie du Nord-Westphalie et à Berlin. Il vit actuellement par hasard en Haute-Autriche et écrit en tant que lapin poète. Il a publié divers textes dans des anthologies et revues, dernièrement dans Still Magazine 6, Lichtungen 151 et Melange der Poesie.
Collections de poèmes : „Privatnachrichten an Lem“, Köln 2015 (parasitenpresse) et “Entwicklung der Knoten”, Salzburg 2018 (Edition mosaik)