Blog Entropy, Barbara Rieger, Alain Barbero, Alexandra Turek, Salettl Pavillon, Café, Kaffeehaus, Wien

Sofie Steinfest | Strohauer’s Café Alt Heidelberg

Photo : Alain Barbero | Texte : Sofie Steinfest | Traduction :  Sylvie Barbero-Vibet 

 

Moi comme un tableau .:. et juste avant .:. un peu le trac .:. et un peu .:. mon effet en tant qu’image comme une terre défrichée .:. comme un pays jusqu’alors inconnu .:. les heures jusqu’alors trop concaves .:. pour que je puisse y voir mon reflet .:. mais ici .:. forêt cinéraire au milieu du bruit de vaisselle et de l’odeur des grains .:. Stylo et carnet et sucrier .:. regroupés autour de moi comme des possessions .:. rien de tout cela ne m’appartient vraiment .:. jamais en tant que simple objet .:. agrippé avidement au stylo du mal du pays viennois comme à une dernière bouffée de cigarette .:. la prétendue pose .:. Les moments où je n’écris pas déclenchent le désarroi .:. s’évaporent dans la mémoire des miroirs .:. ici, cependant .:. se promenant agréablement entre les langues .:. le malentendu reste absent .:. le courant d’air retenu .:. in sich gewandt .:. den Atem einladend .:. à travers la vitre le champ de vision témoigne secrètement .:. rencontre du monde avec l’inexorable .:. l’écriture dans le café .:

à l’intérieur
là où mes yeux
te connaissent
se trouve notre humanité
idée pure
et chaque querelle arrangée
avant qu’elle ne s’enflamme

regarde
en toute confiance se rapproche
la queue d’une comète
une étincelle de compassion
comme un pacte impérieux
appréhension en silence :
fenêtre sur la membrane du cœur.

 


Interview de l’auteure

Que signifie la littérature pour toi ?
Sofie Steinfest : Je trouve du réconfort dans la lecture. C’est pour moi la preuve vivante de l’existence d’âmes sœurs. En écrivant, je transforme dans le meilleur des cas l’inconscient en matière communicable.

Quelle importance les cafés ont-ils pour toi ?
SS : Ce sont des lieux d’écriture où, en tant que Viennoise, je trouve une sorte de second chez-moi dans le monde entier. Un endroit, qui ne me contraint à aucune autre obligation que celle de ma simple présence. Je ne suis pas obligée de les aimer, les cafés, donc je peux le faire.

Pourquoi as-tu choisi le Strohauer’s Café Alt Heidelberg ?
SS : Parce qu’il pourrait tout aussi bien être à Vienne. Je suppose que ça a quelque chose à voir avec la façon dont ce café se définit. Ou avec ma Vienne intérieure. Dans mon livre ” Geburtsstunde der Donaustörung “, les protagonistes se rencontrent ici à travers le jeu des miroirs.

Que fais-tu lorsque tu n’es pas au café ?
SS : Comment ça, il y a quelque chose en dehors des cafés?

 

BIO

Née à Vienne en 1972, Sofie Steinfest (pseudonyme Sofie Morin) est arrivée près de Heidelberg après quelques années passées à Bruxelles. Elle a revêtu les langues comme on revêt des blouses de laboratoire et a fait deux études au siècle dernier qui, de l’avis des gens sensés, ne vont pas du tout ensemble. Elle a été nominée pour plusieurs prix littéraires sans jamais en remporter. Malgré tout, elle publie sans relâche dans de nombreuses revues littéraires et anthologies. Elle trouve refuge dans la poésie lorsque la prose est encore en train de bouillonner.