Posts

Eva Woska-Nimmervoll | Café Central, Baden

Photo : Alain Barbero | Texte : Eva Woska-Nimmervoll | Traduction : Sylvie Barbero-Vibet

 

Je rentre dans le café.

Est-ce que je marche droit ? Je titube. Dans les grands miroirs, j’observe mon reflet, et les autres qui m’observent. Voir et être vu, voilà ce qui a toujours été important. On regarde instinctivement quand quelque chose bouge : en ce moment c’est moi, en train d’accrocher mon manteau. Mes cheveux sont en pagaille. J’ai l’air bizarre. Le rouge à lèvres était-il vraiment nécessaire ? Je ne mets jamais de maquillage d’habitude, ne connais pas d’astuce pour rendre ma bouche pulpeuse. Je ne suis pas une blogueuse de mode. J’écris des textes littéraires, et ça va sans porter de rouge à lèvres. Et avec des poils sous les bras. Sans maquillage et non épilée, je peux, et on peut me prendre plus au sérieux. C’est authentique. C’est pour cette raison que les jeunes écrivaines ne s’épilent pas. Les aisselles non rasées crient I don’t give a damn, se contredisent elles-mêmes. Mais c’est la manière dont elles se contredisent qui est cool. Avant, j’étais pareille, au cours des dernières années, plus lâche et épilée.

Je commande un café.

Et finalement, on enverrait au diable l’épilation juste parce que les jeunes le font aussi ? Ca pourrait m’être complètement égal, ce que pensent les autres. Ce n’est pas le cas. D’un autre côté, on n’est pas obligé de prendre position sur tout. Aujourd’hui comme ci, demain comme ça. Parfois du rouge à lèvres, juste parce que j’en ai envie. Dans tous les cas n’en pas faire des tonnes. Pourquoi j’aurais besoin d’applaudissements ? Suis-je coquette ou n’ai-je pas confiance en moi ? De toute évidence, je ne supporte pas d’être regardée avec dégoût voire mépris au lieu de susciter l’admiration. Le café donne un goût amer à mes doutes, l’eau aussi, ainsi que chaque pâtisserie.

Un peu plus tard, je repars en titubant à travers la pièce, avec mes lèvres maquillées de manière dilettante, et je me comporte comme si j’étais cool. Personne ne me regarde. Je transpire tellement je réfléchis. Seul celui qui ne se demande jamais s’il est cool, est vraiment cool.

Je rentre donc chez moi et j’écris.

 


Interview de l’auteure

Que signifie la littérature pour toi ?
Eva Woska-Nimmervoll : Lire et écrire des textes exigeants, qui me touchent et qui me procurent de nouvelles manières de penser. Quand j’écris, je fais connaissance avec des personnages, qui racontent quelque chose sur moi. La littérature et son commerce constituent également un monde parallèle. Empli de miroirs et de petites choses coquettes qui font également partie des aspects sans prétention. Les piles de livres servent d’estrades et de rampes de lancement vers quelque part.

Que représentent les cafés pour toi ?
EW-N : Dans une ville, ils sont synonymes de refuge et de havre de paix. Dans un village, c’est le lieu de rencontre et d’animation. Les cafés sont des lieux cultes avec des rituels mystiques, et pas seulement pour les habitués.

Pourquoi as-tu choisi le Café Central à Baden ?
EW-N : Parce qu’il est calme et intemporel. Il ne joue pas la carte du vieux, ni du moderne. On sait en quelle époque on est uniquement au sèche-mains électrique dans les toilettes et à l’assortiment branché de thés. Sinon on pourrait se croire 30 ans en arrière. A l’époque j’avais déjà l’impression qu’il me faisait penser au passé. La vue sur la colonne de la peste nous rappelle toujours d’être heureux, de vivre aujourd’hui et non à l’époque de la peste.

Que fais-tu quand tu n’es pas au café ?
EW-N : Je m’assoie sur mon balcon et je fais semblant d’être au café.

 

BIO

Née en 1969 à Mödling, Eva Woska-Nimmervoll a grandi à Baden en Basse-Autriche. Elle a fait des études de journalisme et des sciences de la communication à Vienne. Journaliste à son compte, elle enseigne également l’écriture. De temps à autre, elle chante également (compositrice, Folk irlandais). Elle est membre de l’Association des écrivaines de Graz (Grazer Autorinnen Autorenversammlung) et du BÖS (Association des enseignantes en pédagogie de l’écriture). Elle a gagné divers prix et bourses (en particulier le Förderpreis Harder Literaturpreis 2016). Elle a également publié dans des anthologies et revues littéraires. En 2019 est paru son premier roman Heinz und sein Herrl aux Editions Kremayr & Scheriau.

Boris Konstriktor & Boris Kipnis | Café Rubinstein, Saint-Pétersbourg

Photo : Alain Barbero | Texte : Boris Konstriktor |  Traduction : Sylvie Barbero-Vibet

 

planning

privilégier :
au trésor
la désespérance

éteindre :
la cigarette
des émotions

aller :
sous la douche dissonante
de la mort

courir :
dans le désert
de sa propre
désolation

 

Original

режим дня

предпочесть
самому дорогому
безнадёжность

затушить
сигарету
эмоций

принять
контрастный душ
смерти

бегать трусцой
в пустыне
собственной
опустошённости


Interview avec les artistes

Sylvie Barbero-Vibet : Que signifie la littérature pour vous ?
Boris Konstriktor : La littérature, c’est la vie. Les poèmes viennent tout seul. La prose est un travail.

SBV : Que représente la musique pour vous ?
BKO : Notre duo signifie lutte à deux. C’est comme une sorte de sport. Mais nous ne luttons pas l’un contre l’autre. C’est le théâtre des deux Boris, le théâtre “DvoeBor’e”. Nous sommes un théâtre à nous deux, en quelque sorte.

SBV : Et au commencement d’une création du théâtre “DvoeBor’e” y a-t-il d’abord la littérature ou la musique ?
Boris Kipnis : Au début, il y a le texte. Enfin, le texte existe déjà. Il (Boris Konstriktor) ne compose pas de poésie spécialement pour ces représentations. Avant de commencer, nous décidons ensemble du choix du texte. Lorsque nous créons une telle composition, je choisis des passages et j’en raie des passages. Je sélectionne ce qui va me permettre de créer une certaine composition musicale. C’est ainsi que nous parvenons à une version finale.
Nous pensons que notre théâtre “DvoeBor’e” est une nouvelle forme artistique. Nous l’appelons la double vibration. Nous mêlons voix et musique, avec différentes tonalités, en utilisant le violon, mais pas seulement.

SBV : Avec quelles tonalités, quelles musiques travaillez-vous exactement ?
BKI : La plupart du temps, avec un violon, mais cela peut varier. Parfois, nous créons des compositions avec des sons, que j’enregistre spécialement. J’utilise parfois aussi la musique d’autres compositeurs, comme celle de Stockhausen ou encore Bach, Chopin. Je peux tout utiliser, mais je trouve que ça vient comme ça, la musique est une sorte d’histoire en parallèle. Et parfois elle joue le rôle d’accompagnement : j’illustre ou je complète un texte, mais souvent, ce sont deux chemins différents qui évoluent en parallèle

SBV : Boris Kipnis, comment êtes-vous venu à la musique et à la littérature ?
BKI : En principe, je suis un musicien classique, violoniste. Mais j’aime bien improviser, du jazz notamment et de la musique romane. Dans mon enfance, je lisais beaucoup. J’ai appris à aimer la littérature. En rencontrant Boris, j’ai pu réunir ces deux passions : celle pour la littérature et celle pour la musique.
Dans cette collaboration avec Boris je peux intégrer ma passion, mon amour et ma compétence pour la musique non seulement en jouant du violon, mais aussi en utilisant toute sorte de sons que je compose moi-même. Je réutilise beaucoup des sons créés avec Boris dans d’autres oeuvres, dans des pièces de théâtre par exemple.

SBV : Boris Konstriktor, comment êtes-vous venu à la littérature ?
BKO : Par désespoir. En Union Soviétique, tout était morne, rien ne changeait. La vie était terriblement ennuyeuse. Un jour, j’ai atterri dans une rue à Saint-Petersbourg du nom de Malaia Sadovaia. C’est là que se réunissaient des bohémiens, des gens qui s’intéressaient à l’art, des artistes, des philosophes, des poètes. Dans cet univers je me devais de faire quelque chose. Je suis arrivé là-bas à force d’ennui, et je devais produire quelque chose car sinon, je n’aurais pas été au bon endroit. Et c’est comme cela que j’ai commencé à dessiner, sans avoir aucune formation artistique. Ensuite, j’ai composé de la poésie, puis de la prose. J’ai écrit une trilogie “Fin de la citation”.

SBV : Avez-vous collaboré avec d’autres artistes que Boris ?
BKO : En principe, je travaille seul, mais j’ai eu des coopérations. J’ai illustré certains poèmes d’autres poètes. Je me dois ici aussi de parler du Transfurisme. C’était une sorte de mouvement artistique underground en Russie. Il y a eu une exposition au Puschkinskaia 10 avec un catalogue. Il y avait quatre artistes dans ce groupe, quatre transfuristes : Ry Nikonova, Sergei Sigei, Anik et moi. Je suis le dernier survivant, tous les autres sont morts.

SBV : Depuis quand travaillez-vous ensemble avec Boris ?
BKO : Environ une vingtaine d’années.

SBV : Travaillez-vous aussi avec des artistes internationaux ?
BKO : Parfois oui. Pas aussi souvent qu’on le souhaiterait. Nous avons été plusieurs fois en Allemagne, à Cologne et Berlin. Pas en France. Ni à Vienne d’ailleurs.
Quand j’étais plus jeune, j’ai vécu quelques mois en Allemagne. Là-bas, j’ai composé un poème en allemand. Voici son histoire : j’ai cassé mes lunettes et j’avais donc besoin d’une nouvelle paire. Je suis allé chez l’opticien en lui disant qu’elle ne devait pas être chère. Il m’a vendu une paire rose, pour les enfants. Lorsque j’ai commandé des lunettes pour adulte, j’ai dû payer 500 Marks. Cela a fait une forte impression sur moi et sur le chemin du retour, je passais par une petite colline à travers la forêt. Et c’est là qu’est né le poème suivant :

Nouvelles lunettes

aujourd’hui, j’ai de nouveaux yeux
aujourd’hui, je n’ai pas de questions
aujourd’hui je ne souhaite affirmer qu’une seule chose
je vois mieux ma mort

BIO

Boris Konstriktor
Né en 1950 à Saint-Petersbourg. C’est là qu’il travaille en tant que graphiste freelance, peintre et homme de lettres. Au début des années 70 ses diverses performances non officielles l’ont fait connaître comme l’un des leaders de la scène underground de la poésie. Depuis 1990, il a participé à des expositions internationales, avec notamment pour thématique la poésie expérimentale en Russie, Allemagne et Etats-Unis. Il a publié de nombreux recueils de poésie et écrit dans des revues et anthologies.

Boris Kipnis
Violoniste, compositeur, auteur et essayiste. Il a réalisé des concerts en solo (musique classique) en Russie et dans d’autres pays, et a joué en tant que violoniste au sein de divers orchestres russes et internationaux. En 1991, il a fondé un duo avec Boris Konstriktor. Ils se sont produits de nombreuses fois à Saint-Petersbourg, Moscou et dans diverses villes en Allemagne avec leur spectacle créé en 2003 “DvoeBor’e”, c’est à dire le théâtre des deux Boris.

 


Romina Pleschko | Café Jelinek, Vienne

Photo : Alain Barbero | Texte : Romina Pleschko | Traduction : Sylvie Barbero-Vibet

 

J’ai déjà vu assez de cadavres d’oiseaux, dans le passé, j’aimais bien récupérer les bébés oiseaux dans leur nid et les élever seule courageusement. Ils sont tous morts, ils étaient encore transparents, on pouvait même voir leur digestion à travers leur corps chétif rose. Honteuse, j’ai arrêté tous mes efforts pour être une bonne maman oiseau, et n’ai jamais raconté à personne qu’ils n’étaient pas tombés du nid, mais que c’était moi qui les avais conduits à la mort.

Pendant des années, j’ai attendu de voir si j’allais devenir une meurtrière en série, mais pour ce pan de ma personnalité je peux vous rassurer Docteur. C’est juste que ce halo de dépérissement ne m’a jamais vraiment quittée, comme vous pouvez le constater.

(Extrait de „Kurzprosa“, 2017)

 


Interview de l’auteure

Pourquoi écris-tu ?
Romina Pleschko : Aucune idée. Il y a probablement un peu de toutes les raisons qui poussent quelqu’un à écrire, à des doses variées.
C’est à l’écrit que je m’exprime le mieux, c’est aussi une sorte de pression, de tout convertir en lettres. Je suis d’avis, naïf, qu’il n’y a rien qu’on ne puisse décrire. Tout est une question de lettres.

Pourquoi vas-tu au café ?
RP : En fait, je ne vais au café que pour y rencontrer des gens ou pour y boire un café, très rarement pour y écrire. J’ai besoin de calme pour travailler. Mais comme je suis très dépendante de la caféine et que je connais plein de gens sympas, on peut me trouver souvent au café.

Pourquoi as-tu choisi le Café Jelinek ?
RP : Parce que j’habite au coin et qu’en plus de l’excellent café, on y trouve aussi un poêle à bois. J’aime ces vieux poêles et à chaque fois, je rêve de l’emporter chez moi.

Catrin M. Hassa | Café Museum, Vienne

Photo : Alain Barbero | Texte :  Catrin M. Hassa | Traduction : Sylvie Barbero-Vibet

 

Postphilofétichisme sapiosexuel ubiquitaire

Solitude apprêtée
& le regard qui
trouve place dans le moindre recoin
utilise chaque lambeau de notre corps
[& l’intelligence somatique
de la peau de lait ignorant la procrastination]

(extrait de “in der herztaille”, Löcker, printemps 2018)

 


Interview de l’auteure

Pourquoi écris-tu ?
Catrin M. Hassa : Une sorte de besoin irrépressible en moi ? « La littérature est une pelle avec laquelle je me replante » (je ne sais plus trop si c’est une citation de Peter Bichsel ou de Martin Walser). Bien entendu, il ne s’agit pas (et cela ne devrait jamais être le cas) de « tourner autour de son nombril », mais une vie sans cette pelle ne me semblerait pas désirable. C’est une sorte de concrétion interne : tu vis des choses et certaines expériences se déposent en toi, s’accrochent et se transforment… et peut-être aident à toute petite échelle à dépoussiérer l’image de la poésie.

Pourquoi vas-tu au café ?
C.M.H : J’en ai besoin en tant que bureau extérieur. Je travaille essentiellement dans les cafés, c’est ce que j’ai constaté dernièrement. J’ai visiblement besoin de ce décor qui permet de vivre et d’être assaillie de sentiments suscités par des images ou des mots, de se laisser impressionner par des sons, des bruits de fond, ou des impressions mises en évidence dans un endroit public, quand on pense à quel point les gens se comportent comme dans leur vie privée. Attablé au café, on peut être dans son coin ou sur scène. Et c’est que j’apprécie particulièrement.

Pourquoi as-tu choisi le CaféMuseum ?
C.M.H : J’aime beaucoup Loos. Mais j’aime aussi les surnoms du Museum : ” Bar des sécessionnistes” ou “Café du nihilisme”.

Que fais-tu quand tu n’es pas au café ?
C.M.H : Hummm, alors je passe du temps avec des gens qui me sont chers, je vis de nouvelles expériences, je bouge un peu plus que d’habitude ou je recharge complètement mes batteries en dormant beaucoup.

Georg Renöckl | Café Z, Vienne

Photo : Alain Barbero | Texte : Georg Renöckl | Traduction : Georg Renöckl

 

La fin de l’après-guerre

Quand ils furent tous partis ou morts – les généreux, les nouveaux-riches, les gaspilleurs –, il fallut adapter la déco. Marteler le stuc des façades devenues soudainement trop somptueuses, baisser la hauteur sous plafond, rétrécir l’espace trop vaste. Convivialité rustique en formica, typiquement viennoise, dorénavant. Au moins ce n’est pas devenu une banque. Et tout-à-coup – seulement vingt ans après qu’on aurait pu croire – tout changea.

Comme toujours quand on désencombre et aère, ceux qui ne savent pas distinguer la crasse de la patine se mirent à râler : La délicieuse odeur de renfermé…!

Les autres, maintenant, mangent des crêpes.

 


Interview de l’auteur

Pourquoi écris-tu ?
Georg Renöckl : Parce que je ne peux pas passer tout mon temps à lire. Parce qu’autrement mes pensées commencent à me taper sur le système. Parce que j’ai arrêté de dessiner depuis longtemps.

Pourquoi vas-tu au café ?
GR : Aller au café (à Vienne) implique avoir du temps. Moi j’ai trois enfants. Pour aller au café je dois donc surmonter ma mauvaise conscience, mais après c’est comme un moment hors du temps. Je devrais essayer.

Pourquoi as-tu choisi le Café Z ?
GR : Ce café a été l’une de mes plus belles découvertes quand j’arpentais les rues de Vienne pour mon livre « Wien abseits der Pfade » (Vienne en dehors des sentiers battus). Les crêpes et les gâteaux sont délicieux, Christa Ziegelböck choisit les ingrédients et les recettes avec soin, et on voit les collines du Wienerberg depuis l’entrée du café.

Que fais-tu quand tu n’es pas au café ?
GR : Cuisiner, raconter des histoires le soir aux enfants, rêver d’aller au café.

 

 

 

 

Martin Peichl | Café Dezentral, Vienne

Photo : Alain Barbero | Texte : Martin Peichl | Traduction : Sylvie Barbero-Vibet

 

(approche manquée)

Un décompte griffonné dans le recueil Abschiede de Mayröcker. 4 bières. Une soirée au Dezentral. Toi, quelque part sous la pluie. Sur ma liste des choses à faire, « lire La Ronde », juste en-dessous « écrire La Ronde ». Alors l’un de tes cheveux glisse dans ma dernière gorgée, mais ce n’est que mon imagination.

J’écris une nouvelle liste avec les adieux imaginaires et réels, juste à côté du décompte. 4 bières, 2 Averna Sour. Sur un sous-bock je note (avec ton écriture) : c’est fou d’écrire un roman. Une soirée au Dezentral. Toi, pleuvant dans le sas d’entrée.

Claudia Dabringer | DON Espresso Bar, Vienne

Photo : Alain Barbero | Texte : Claudia Dabringer | Traduction : Sylvie Barbero-Vibet

 

Se détacher des langues et des couleurs,
des sons et des annonces

Plonger
la cuillère dans le café
l’écouteur dans l’oreille
le crayon dans le papier

Alors que les autres sont en route
se reposer
se relaxer
réfléchir

Et puis repartir

Plonger
dans le courant
dans la foule
dans le voyage

Vers ce qui incarne la vie.

 


Interview de l’auteure

Pourquoi écris-tu ?
Claudia Dabringer : J’écris pour faire jaillir mes pensées sans avoir besoin d’en faire part tout de suite à quelqu’un. Mais j’écris aussi pour perpétuer dans ce monde la langue et toute la tradition qui va avec.

Pourquoi vas-tu dans les cafés ?
C.D. : Je vais dans les cafés pour savourer autre chose que de la chicorée. Si j’avais du « vrai » café chez moi, je ne fermerais jamais un œil compte tenu de la consommation que j’en ferais.

Pourquoi le DON ?
C.D. : En tant que fumeuse, je fais presque toujours confiance à mon nez. Et j’aime beaucoup le fait que l’on puisse fumer au Don tout en regardant la vie défiler. Pendant qu’Alain me photographiait, je me suis demandée ce qui se passerait si Gérard Depardieu passait par là. Malheureusement, il n’en a rien été. *snif*

Que fais-tu quand tu n’écris pas ou que tu n’es pas dans les cafés ?
C.D. : Je dors, je mange et je m’occupe des personnes qui me sont chères.

Erik Tenzler | Café Anno, Vienne

Photo : Alain Barbero | Texte : Erik Tenzler dans « Melange der Poesie » Kremayr & Scheriau 2017 | Traduction : Sylvie Barbero-Vibet

 

Sur la plage du monde fabuleux de l’anémie
couverte de CV fraîchement mis à jour
dans la gorge, le tricot et les tout derniers nuages
des échantillons de tissus qui voulaient échantillonner des tissus
et dormir avec l’histoire d’une nuit
dormir avec le canapé
dormir avec le courant
dormir avec la femme échangée
dormir avec la projection d’un rêve
dormir avec soi-même
dormir avec la vie.
Dormir.

 


Interview de l’auteur

Que signifie la littérature pour toi ?
Erik Tenzler : Une croisière « tout compris » sur un bateau à vapeur à destination du centre de la terre. Peut-être.

Que représente pour toi la café viennois ?
ET : Quand je viens à Vienne et que je vais dans l’un de ces anciens cafés viennois, je me demande à chaque fois si je ne suis pas assis dans un de ces fauteuils où s’est déjà installé quelqu’un que j’admire ou que je déteste. Alors j’essaie d’imaginer ce que cette personne pouvait bien regarder ou penser à ce moment-là. C’est comme si je me mettais dans la tête de quelqu’un d’autre ou que je me transportais à une autre époque.

Que fais-tu quand tu n’es pas au café ?
ET : Gagner ma vie, acheter des choses, travailler sur un livre, prendre mon petit-déjeuner (ce que j’aime bien faire plusieurs fois par jour), faire de la musique, puis gagner de nouveau de l’argent, acheter des choses…

Comment as-tu découvert le café Anno ?
ET : J’ai suivi le conseil d’une amie chère. Elle m’a conduit exactement là où je voulais aller.

Barbara Rieger & Cäcilia | Tanzcafé Jenseits, Vienne

Photo : Alain Barbero | Texte : Barbara Rieger | Traduction : Sylvie Barbero-Vibet

 

Elle et moi, à la recherche de l’endroit avec la bonne musique, du bar avec la bonne ambiance, de l’homme avec la bonne promesse. Je n’ai qu’à me retourner, et le type est là. Je ne suis pas indispensable, mais je les suis par monts et par vaux, à travers l’odeur de l’herbe et de la pisse, et des gaz d’échappement, avant de rentrer dans le prochain bar. Le type me demande si je suis la meilleure moitié, et me commande une double vodka. Je réponds que ça dépend comment on voit les choses. Nous prenons ce que nous pouvons avoir, dit Marie.

(extrait de Marie)

Friederike Mayröcker | Café Sperl, Vienne

Photo : Alain Barbero | Texte : Friederike Mayröcker dans « Melange der Poesie » Kremayr & Scheriau 2017

 

Pas de version française disponible